Au CRA de Toulouse : « Si tu veux pas partir, ils mettent un casque sur la tête et du scotch sur tout le corps et tout le monde te voit. »

09 février 2020

D. a grandi dans un orphelinat à Alep, il a quitté la Syrie à l’âge de 13 ans et a vécu et travaillé dans différents pays, notamment l’Égypte. Pour atteindre l’Europe il est passé par la Libye puis le Maroc, l’Espagne et enfin la France. Il a vécu à Toulouse, Nice et Marseille. Il travaillait sur des marchés à Toulouse. Il s’est fait arrêter à Bellefontaine. Il a été enfermé au CRA de Toulouse après sa levée d’écrou. Il a passé 4 mois à Seysses. Il évoque les violences de matons à l’intérieur de la prison.

« Oui, ici au CRA, il y a des violences, j’ai entendu des gens qui crient, les policiers ils nous insultent tous les jours, ils boivent de l’alcool, on voit leur table avec les bouteilles et ils mettent de la musique, ils prennent de la coke, je reconnais quand quelqu’un prend de la coke, ça se voit.

Oui, il y a des gens au mitard en ce moment mais je sais pas qui c’est.

On mange rien, c’est dégueulasse, c’est froid, il y a des plats périmés. Il y a 6 personnes au secteur D qui veulent pas manger, ils prennent un café le matin, c’est tout, ils mangent rien.

Je prends pas de médicaments pour dormir, ici, ils en donnent beaucoup mais après quand tu sors comment tu fais si tu n’as pas ces médicaments…

À côté du bureau de la Cimade, il y a une feuille pour les expulsions mais on on ne sait pas quand on est expulsé, ils préviennent pas, on peut pas prendre nos affaires… Si tu veux pas partir, ils mettent un casque sur la tête et du scotch sur tout le corps et tout le monde te voit. »

Au CRA de Toulouse, « les policiers nous insultent, ils nous poussent pour qu’on s’énerve »

01 février 2020

R. est enfermé depuis plus de 50 jours :

« C’est pire que tout, ici c’est des fous, c’est la hogra, les policiers nous insultent, ils nous poussent pour qu’on s’énerve, même devant les caméras, ils veulent qu’on s’énerve pour nous emmener à Seysses. Ils nous détestent nous les algériens. Ils font la fête entre eux, ils mettent de la musique dans les haut-parleurs, il y en a qui sont en couple, ça se voit, ils boivent de l’alcool.

Même en prison on peut avoir la nourriture dans la chambre, ici ils veulent pas. La bouffe est dégueulasse, pas halal, les gens maigrissent beaucoup. C’est très très sale, ça pue, ils font pas le ménage. Je me lave sans shampoing, ils en donnent pas. »

Il n’a pas voulu prendre les psychotropes que voulait donner le médecin.

R. est allé voir la Cimade pour se plaindre du comportement de la police mais il ne s’est rien passé. Il avait vécu 2 ans en Allemagne, il a essayé la France mais pour lui c’est pire. Il va essayer de partir en Espagne et pourquoi pas en Algérie.