Rassemblement samedi 19 décembre à 14h devant le CRA de Cornebarrieu Toulouse

POUR L’ABOLITION DES PRISONS POUR ÉTRANGER.E.S !

Le 18 décembre, pour la Journée internationale des migrantEs, nous rejoignons les collectifs de sans-papiers et tous leurs soutiens pour un acte 4 : continuer la lutte pour la régularisation de toutEs les sans-papiers, la fermeture des centres de rétention administrative (CRA) et le logement pour toutEs.

Les images du démantèlement du camp à Saint-Denis et de la répression policière lors de la manifestation des exiléEs place de la République à Paris donnent à voir comment l’État traite les personnes vulnérables, sans abri. Mais loin des caméras, la répression est le quotidien des exiléEs, notamment à Calais.

Cette violence policière et ce racisme d’État s’exercent sur les sans-papiers partout, tout le temps : dans les rues, les camps, les squats, et dans les CRA. Les CRA sont des prisons pour étrangerEs, où les personnes y sont humiliées, déshumanisées et violentées par l’État.

Cette violence policière et ce racisme d’État s’exercent depuis des décennies sur les populations précaires et racisées. Appliquant une doctrine coloniale du maintien de l’ordre dans les quartiers populaires, la police harcèle, insulte, humilie, frappe, mutile et tue.

Il s’agit ainsi de soumettre les populations : de les invisibiliser, de les maintenir à la marge et dans la précarité, de permettre leur exploitation. Les CRA ont une fonction comparable, ils ne servent pas qu’à expulser et punir les sans-papiers, mais aussi à les faire vivre sous la menace permanente de l’enfermement et de l’expulsion, afin de les maintenir corvéables et invisibles, d’en faire une main d’œuvre délocalisée à l’intérieur du territoire.

La fuite en avant autoritaire et fascisante de l’État s’accentue avec la loi de « sécurité globale », tandis que la « loi confortant les principes républicains » (ex-loi contre le « séparatisme ») affiche une islamophobie d’État totalement décomplexée. Ces lois alimentent l’imaginaire d’un ennemi de l’intérieur qui est à contrôler, enfermer, expulser, à la suite des lois sécuritaires et racistes qui ont précédé et se sont empilées au fil des ans.

Sous le prétexte d’une « lutte anti-terroriste », l’État s’attaque depuis des années à toutes les personnes musulmanes ou supposées telles. Avec la décision récente de dissoudre le CCIF sur la base d’accusations fallacieuses, il cherche aussi à désarmer les luttes contre l’islamophobie, la résistance et l’auto-organisation de celles et ceux qui subissent le racisme d’État.

Contre cet État raciste, contre sa police, nous opposons une auto-organisation émancipatrice, décoloniale, anti-impérialiste et antiraciste, nous nous joignons aux collectifs de personnes concernées qui organisent la défense et la riposte.

Nous soutenons les luttes que les personnes enfermées mènent à l’intérieur des CRA, elles exigent leur libération et la fermeture de tous les CRA en France.

En solidarité avec les personnes sans-papiers emprisonnées au CRA, venez le samedi 19 décembre à 14h ! Notre collectif organise un covoiturage, n’hésitez pas à nous contacter au 07 51 37 96 57.

Papiers pour toutEs ou pour personne, ni prison, ni CRA, ni expulsion. À bas le racisme d’État ! À bas les frontières !

 

Acharnement de la préfecture et des juges sur une femme enceinte de 5 mois enfermée depuis 60 jours au CRA de Toulouse

V. est enceinte de 5 mois, elle est enfermée au centre de rétention de Cornebarrieu Toulouse depuis bientôt 60 jours. Elle habite Nice et a été transférée au CRA de Toulouse sans raison puisqu’il en existe un à Marseille. Elle est donc loin de sa famille et de ses 4 enfants. Elle a fait 3 hémorragies, elle a été emmenée à l’hôpital en urgence à deux reprises et ramenée au CRA à chaque fois. V. a grandi en France et ne connait pas son pays d’origine. Elle n’est pas expulsable mais la préfecture et les juges s’acharnent pour garder une femme enceinte de 5 mois enfermée dans des conditions dégueulasses et qui génèrent un stress intense.

Fin octobre, plus de 30 prisonnier.e.s font une grève de la faim suite à l’annonce du nouveau confinement en France et de la fermeture totale des frontières extérieures, V. témoigne :

« On fait la grève de la faim parce que nous sommes ici, ils nous font la misère ici quand on reste ici pour rien…
Le confinement il n’y a plus rien. Nous sommes dans la merde, il n’y a plus personne, plus de visite, plus rien maintenant.
Chaque fois qu’on passe au tribunal, c’est négatif c’est négatif parce que les juges du tribunal sont tous racistes, même la préfecture elle est raciste.
Moi ici je suis enceinte de 5 mois, je me stresse, même je suis partie deux fois à l’hôpital. 24h après qu’ils m’aient apporté à l’hôpital, que j’ai saigné, j’ai perdu du sang et tout, et ils font rien.
Normalement nous on doit être dehors, avec notre famille, avec nos enfants.
Moi j’ai 4 enfants, tous mineurs, de 6 ans jusqu’à 1 an ici en France, ils sont nés en France, je suis enceinte de 5 mois, c’est n’importe quoi en fait.
On a droit à notre liberté, normalement c’est les droits de l’homme, la liberté »

Elle témoigne des conditions indignes d’enfermement et du racisme du médecin du CRA, qui est médecin généraliste et non pas gynécologue, et qui préconise l’enfermement depuis le début. Ce même médecin a pour pratique de shooter les personnes enfermées à coup de somnifères et d’anxiolytiques, ou de refuser des soins, de nombreux témoignages à ce sujet sont disponibles sur ce blog.

Témoignage recueilli par Luttes Labo
« ça fait trois jours que j’ai des contractions, au centre il n’y a pas de gynécologue ni de sage femmes, rien. Juste un docteur russe mais qui est raciste comme jamais. Tout le monde ici le déteste… il ne se comporte pas bien avec eux.
Dans les chambres il fait froid, les toilettes c’est comme les gardes à vue.
On sait pas pourquoi on est ici et pourquoi ils nous prolongent encore, qu’est-ce qu’ils font de nous en fait ? Si on demande le transfert, ils veulent pas parce qu’ils sont racistes au tribunal. On veut sortir, être proche de notre famille.

Je suis partie avant-hier au tribunal parce que j’ai fait 28 jours et tout le monde, a repris 30 jours, il y avait 8 personnes, il y a même pas le motif. Je sais pas ce que je fous ici en fait.

Le 27 novembre, V. nous raconte :
C’est la troisième hémorragie que je fais, j’ai saigné, je suis partie à l’hôpital. L’hôpital il dit que c’est normal. Et avant-hier y’a une sage-femme de l’hôpital qui me téléphone et me dit oui vous avez fait une hémorragie il faut que je vous suis c’est très urgent. Elle voulait venir aujourd’hui mais le problème c’est que y’avait quelqu’un contaminé de ces patients. Elle essaie de voir si c’est positif ou négatif. Si c’est négatif elle viendra la semaine prochaine. Je suis restée même pas 3 heures à l’hôpital. Il y avait deux sages-femmes une qui me dit elle va pas bien, elle a des contractions et une autre non elle est bien elle a rien.
On est onze ici, dans huit jours j’ai une audience…après je pense que je vais sortir… je sais pas combien de temps ils peuvent me garder »

Une sage-femme de la PMI se déplace au CRA de Toulouse le 1er décembre pour voir V. et établit un certificat médical indiquant l’incompatibilité de son état avec l’enfermement. Dans la journée une demande de mise en liberté est effectuée et rejetée aussitôt par ordonnance par le juge des libertés et de la détention (JLD). L’ordonnance du juge spécifie que l’enfermement pour V. est une opportunité car elle est ainsi mise à l’abri au CRA, sous prétexte qu’elle n’aurait pas d’hébergement. Ce qui est faux, V. habite Nice avec sa famille et peut fournir des attestations. Ainsi, le juge feint de prendre le CRA pour un centre d’hébergement d’urgence ! De plus, son état de santé ne justifierait pas une hospitalisation selon lui et il estime que le CRA a un service de santé adéquat pour le suivi d’une grossesse ! Le certificat de la sage-femme de la PMI contredit les décisions du médecin du CRA.

Le 1er décembre :
« La sage-femme de la PMI est venue, elle m’a vue, elle a vu que j’ai des contractions, elle a dit je dois pas rester ici, je risque d’accoucher prématuré, elle m’a fait un certificat médical, je l’ai donné à la Cimade, ils ont envoyé ça au juge et là il a refusé, j’ai reçu le papier du juge : Cour d’appel de Toulouse, Juge des libertés et de la détention, ordonnance demande de mise en liberté présentée par un étranger au centre de rétention administrative… »

Le 4 décembre, suite à la demande de mise en liberté, le juge de la Cour d’appel libère V. après 60 jours d’enfer.

Acharnement judiciaire et politique du chiffre contre les prisonnier·e·s du CRA de Toulouse

Lors du premier confinement, les CRA avaient été vidés en grande partie, sans pour autant être fermés. Pour ce second confinement, ils sont pleins, avec des cas de covid et des clusters.

A Toulouse, les avocat·e·s avaient effectué·e·s des demandes de mise en liberté (DML) en mars 2020, qui avaient abouties pour un grand nombre d’entre elles. Cette fois-ci, une soixantaine de personnes étaient enfermées au moment où de nouvelles DML ont été faites, début novembre 2020. Les juges des libertés et de la détention (JLD) les ont rejetées, les recours en appel ont été rejetés également, mais cette fois par ordonnance, donc sans audience ! Dans son ordonnance, le juge d’appel considère que la perspective d’expulsion reste « raisonnable » et que la libération n’est pas « pertinente » car le nombre d’admission en 2020 à Toulouse a diminué. La situation de chacun·e étant sans lien avec les statistiques d’enfermement, c’est un aveu de fait d’une politique du chiffre des juges.

A la date du 6 novembre 2020, et depuis le 17 mars, date du début du premier confinement, sur les 444* personnes enfermées au CRA de Toulouse, seules 22 ont été expulsés en dehors de l’Union Européenne, ce qui représente moins de 5 % des personnes emprisonnées ! 29 ressortissant·e·s de l’U.E. ont par ailleurs été expulsé·e·s. Au CRA de Toulouse, depuis le 27 mars, il n’y a eu aucune expulsion vers l’Algérie ou le Maroc, mais les personnes sont quand même enfermées.

Le rôle « officiel » du CRA étant de permettre l’expulsion, ces chiffres montrent encore une fois que l’État cherche à enfermer coûte que coûte, pour punir et soumettre les personnes sans papiers, au point de mettre en danger leur santé et leur vie. En effet, les conditions sanitaires sont toujours aussi dégueulasses, alors même que l’État s’alarme de l’aggravation de la pandémie.

Les visites sont rendues impossibles : des personnes en visite ont été verbalisées 135 € une fois arrivés au CRA par une Police aux Frontières (PAF) que ça faisait rire, sous prétexte que le motif du déplacement n’était pas « impérieux ». Pourtant, les colis sont indispensables aux prisonnier·e·s, l’OFII rationne voire ne distribue pas les produits d’hygiène, les vêtements, etc., sans parler de la nourriture infecte et inadaptée.

Des personnes enfermées au CRA de Toulouse témoignent. Elles relatent leurs conditions d’enfermement et ne comprennent pas ce qu’elles font dans cet enfer :

T : « Y’a eu 3 personnes positives au Covid, on est inquiets, ils les ont libérées, dans ce secteur on est 20, les appels des avocats ont été rejetés pour tout le monde. ça fait 35 jours que je suis là. Ils peuvent aller jusqu’à 60 ou 90 jours. y’en a un qui a fait une tentative de suicide il s’est fracassé la tête sur le carrelage ».

G : « j’ai voulu me tuer y’a 5 jours ici, j’ai jeté ma tête contre le carrelage, j’ai eu des points de sutures…En prison aussi j’ai voulu me tuer. J’ai 60 ans… J’ai mal à la jambe, je suis tombé du 3ème étage, ça fait 8 mois que j’attends qu’on me fasse un scanner à l’hôpital, même à la prison ils m’ont donné des médicaments pour calmer la douleur, j’arrive pas à marcher, je marche même pas 10 mètres et je tombe. Je veux un spécialiste pour ma jambe, sinon laissez-moi sortir. J’ai parlé avec le médecin ici, il m’a dit faut un spécialiste sinon tu vas rester comme toute ta vie avec la douleur. Sans les cachets je tiens pas. Ils me donnent du Doliprane, du Valium, du Lxprim ».

L : « Ils m’ont ramené de la prison d’Avignon ici, j’ai des papiers, j’ai un appartement. Je suis ici depuis 2002, j’ai 2 enfants, une carte de séjour de 10 ans et ils m’ont mis ici. J’ai fait 2 ans de prison, ils m’ont donné une OQTF, le juge m’a dit tu dois quitter la France pendant 5 ans. Moi je veux pas aller au Maroc, j’ai mes enfants ici, je suis handicapé j’ai un seul bras, je suis diabétique. Les frontières sont fermées… »

H : « Les gens comprennent pas pourquoi ils sont enfermés si les frontières sont fermées.  A l’audience ils disent qu’il y a des vols, mais il n’y en a pas.
La bouffe c’est de la merde, le médecin n’est pas là quand on a besoin de lui, tous ceux qui ont fait la prison disent c’est mieux qu’ici. »
Y’a pas d’avions mais on est là, ils nous forcent à passer 2 mois ici. Quelqu’un a été expulsé à 5 heures du matin, il a refusé le premier vol, il était ici depuis 20 ans en France. Il a pas de papiers mais il travaille, il envoyait de l’argent au pays, son patron est venu le voir jusqu’ici… Il a tué personne, il travaille, pourquoi ils l’ont expulsé ? Ils l’ont expulsé vers le Bengladesh, par escale, d’ici jusqu’au Qatar et après le Bengladesh.
Ils ont expulsé un albanais, sa femme travaille ici, ses enfants sont petits et vont à l’école. Il a même pleuré quand ils sont venus le chercher, il comprend pas. Il pensait être libéré au bout de 2 mois. »

Soulagement dans le secteur à l’annonce au micro d’une sortie  : « Libéré ! Libéré! Ils viennent de libérer quelqu’un, ça fait plaisir ! Et moi ? J’ai passé toute ma vie en France, depuis petit, qu’est-ce que je fais là ? »

* chiffres de la Cimade du Cra de Cornebarrieu, Toulouse

 

Appel à un rassemblement devant le CRA de Toulouse Cornebarrieu samedi 3 octobre

Comme des centaines d’organisations, nous avons rejoint l’appel pour la Marche nationale des Sans-Papiers (1). Des actions sont organisées à travers toute la France, à partir du 19 septembre. Les marches convergeront à Paris pour une grande manifestation le 17 octobre afin d’exiger la régularisation des sans-papiers, la fermeture des centres de rétention administrative (CRA) et le logement pour tout·es.

Les étranger·e·s sans papiers sont poussé·es à s’invisibiliser, elles sont maintenu·e·s dans des conditions de vie et de travail précaires grâce à la menace permanente de l’enfermement dans les CRA et de l’expulsion. Les CRA ne sont rien d’autres que des prisons pour étranger·e·s, racisme d’État et capitalisme ont toujours fait bon ménage.

Il est essentiel de nous mobiliser car les politiques de persécution des sans-papiers sont de plus en plus féroces. l’État cible à nouveau les étranger·e·s en renforçant par exemple les conditions de la double peine, qui consiste à expulser les personnes sans papiers qui ont fait de la prison, avec pour objectif d’expulser d’avantage au nom du féminisme (2), ou encore en augmentant les expulsions pour des « motifs de trouble à l’ordre public ».

Plus généralement, l’État dans ses discours fascisants aux relents colonialistes est encore en train de cibler les quartiers populaires, les personnes racisées, les immigrés et les musulmans en les accusant d’ « ensauvagement » et de « séparatisme », concept pour lequel un projet de loi est prévu qui permettra un renforcement des politiques sécuritaires et la continuité de l’impunité des violences policières. (3)

Nous nous sommes joint·es à cette initiative d’une marche nationale car les personnes sans papiers s’organisent pour arracher leurs droits et il est urgent que tout le monde soit solidaire.

Nous soutenons les luttes que les personnes enfermées mènent à l’intérieur des CRA et qui exigent leur libération et la fermeture de tous les CRA de France.

Dans différentes villes, des rassemblements, des parloirs sauvages devant les CRA ont eu lieu et vont encore s’organiser d’ici le 17 octobre. Cette date est en hommage aux centaines d’algériens massacrés le 17 octobre 1961 par la police à Paris.

À Toulouse, les collectifs des Sans-papiers (4) soutenus par de nombreuses organisations appellent à un rassemblement le samedi 3 octobre à 15 h devant le CRA : avenue Latécoère, 31700 Cornebarrieu. Nous nous joignons à cet appel.

En solidarité avec les personnes sans-papiers emprisonnées au CRA, venez ! Notre collectif organise un covoiturage, n’hésitez pas à nous contacter au 07 51 37 96 57.

Papiers pour tout·es ou pour personne, ni prison, ni CRA, ni expulsion. À bas le racisme d’État !

(1) https://blogs.mediapart.fr/marche-des-solidarites/blog/120820/19-septembre-17-octobre-marche-nationale-des-sans-papiers

(2) https://www.lejdd.fr/Politique/tribune-le-discours-femonationaliste-indigne-de-marlene-schiappa-3980944

(3) https://bouamamas.wordpress.com/2020/08/01/546/

(4) https://www.facebook.com/events/3391445837587852/

« Il y a ici aussi quelqu’un qui a une carte de séjour valable jusqu’en 2024, il est enfermé ici ! Il vit en France depuis qu’il a 13 ans »

Le CRA de Toulouse continue de se remplir, une cinquantaine de personnes y sont actuellement enfermées.

Même si les liaisons aériennes sont suspendues, des expulsions ont eu lieu ces derniers jours vers la Roumanie et la Tunisie. Les expulsions vers la Tunisie sont possibles via les rapatriements de ressortissants. Vers le Maroc, des tests Covid sont nécessaires pour les expulsions. Pour l’Algérie il n’est officiellement pas possible d’expulser pour l’instant. La direction centrale de la PAF a envoyé aux préfectures une liste de 29 pays vers lesquels il existe des vols depuis Paris *

Le racisme d’État est à l’œuvre et les personnes sont enfermées jusqu’à 3 mois, y compris celles qui ne pourront pas être expulsées. Cela montre une fois de plus que l’objectif de cet enfermement est de harceler, réprimer et punir les sans-papiers et d’appliquer la double (ou triple) peine aux sortants de prison.

Le CRA de Toulouse a donc retrouvé son rythme d’enfermement avec son lot de violences policières et ses conditions de vie dégueulasses et dégradantes, voici le témoignage d’une personne libérée après 60 jours qui ne pouvait pas être expulsée vers l’Algérie :

« Je pensais pas que je connaitrais ça un jour…C’est pire que tout ici…Quand je suis arrivé on était un par chambre à cause du Covid, maintenant ils en mettent 2, les gens rentrent et sortent sans test, rien…

Les policiers font des barbecues, on sent l’odeur dans les chambres, on voit par la fenêtre leur table avec les bouteilles d’alcool…C’est normal ça ? Ils travaillent comme ça ? Quand ils boivent ils peuvent facilement s’énerver…

Nous on a faim, la bouffe est dégueulasse. J’ai pris une pomme au distributeur, le flic n’a pas voulu que je la prenne dans ma chambre. Je l’ai laissée à côté du distributeur. Il m’a dit non tu la mets à la poubelle…

Un jeune n’a pas voulu manger, il leur a dit c’est mon choix de pas manger, les policiers l’ont tabassé dans sa chambre, il y a des caméras partout sauf dans les chambres… Quand on mange ils sont 10 ou12, ils nous surveillent. En 10 jours j’ai vu 3 violences policières. Une autre fois ça s’est passé dans la cour pour une histoire d’échange de shampoing, les flics ont frappé quelqu’un.

J’ai vu aussi ceux qui vont être expulsés, ils leurs mettent un plastique blanc sur le corps avec les bras pliés devant. Ils les mettent à l’isolement avant. Si tu veux pas partir ils te tabassent et tu vas en prison.

Il y a ici aussi quelqu’un qui a une carte de séjour valable jusqu’en 2024, il est enfermé ici ! Il vit en France depuis qu’il a 13 ans. il a des enfants français…Il est sorti de prison et ils l’ont enfermé ici pourquoi faire ? Les frontières avec l’Algérie sont fermées !…

Il y en a beaucoup qui prennent des cachets, on dirait qu’ils en mettent dans les plats, après les repas il y en a qui sont shootés, c’est des momies…

Il n’y a pas de vêtements, il y en a qui peuvent pas se changer, ils viennent d’autres villes, ils connaissaient personne à Toulouse, ils ont rien, l’OFII n’a rien donné.

L’OFII ne donne pas de shampoing, il n’y en a pas assez, ils disent qu’ils n’ont plus de stocks mais comment les gens se lavent ? Même ça ils le font pas et ils ne laissent pas rentrer les bouteilles de shampoing, c’est interdit tout est interdit même les coton-tiges… »

* Liste des pays vers lesquels il existe des vols depuis Paris et qui permettent l’expulsions des personnes sans papiers : Allemagne, Autriche, Belgique, Biélorussie, Brésil, Bulgarie, Canada, Danemark, Egypte, Espagne, Estonie, Ethiopie, Finlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Moldavie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Serbie, Slovénie, Suède, Tunisie, USA.

 

 

 

 

 

 

 

 

Au CRA de Toulouse, le 15 mai : augmentation des enfermements

Alors que les frontières sont officiellement fermées, le CRA de Toulouse Cornebarrieu continue de se remplir avec en ce moment 4 personnes au secteur E et 12 au secteur D. Des personnes de Paris, Marseille et Perpignan ont été amenées. Les sortant·e·s de prisons continuent d’être enfermé·e·s au CRA comme d’habitude, dans la logique de la double peine, les CRA étant devenus des annexes des prisons.

La capacité du CRA de Toulouse Cornebarrieu est de 126 places, hors pandémie, c’est en moyenne 90 personnes qui y sont enfermées.

2 ressortissants roumains risquent d’être déportés. Des départs seraient prévus le 3 juin.

Y. : « je suis sorti de prison et on m’a ramené ici, c’est très dur ici pour nous, ça pue, c’est très sale, la nourriture pue. ça fait 3 jours que j’ai pas mangé, ça fait un an et 2 semaines que j’ai pas vu mes enfants, je peux pas rester encore ici, c’est la torture, je préfère partir en Roumanie, c’est fini pour moi la France, je veux plus rester ici… »

N. : « ils veulent m’envoyer en Serbie, je connais pas la Serbie, je vais faire quoi en Serbie, dormir sur un banc ? Je suis né à Rome, j’ai toute ma famille à Toulouse, je suis resté 18 mois en prison, ici c’est pire, la police est dure…Ils ont pas de masques… J’ai rien compris ce qu’il a dit le juge par la visio, j’étais dans la salle, la porte était ouverte et les policiers faisaient du bruit, ils rigolaient, ils ont pas fermé la porte…Je prends des médicaments 3 fois par jour pour le stress et dormir, du Tercian et un autre médicament. »

Les audiences devant le Juge des Libertés et de la Détention (JLD) se déroulent au CRA en visioconférence sans public, sans témoins. Les prisonnier·e·s sont derrière un écran, ils et elles ne peuvent pas discuter avec leur avocat comme dans une salle d’audience et être soutenu par leurs proches ou le public. S’ils ne comprennent rien à ce qu’il se passe, tant pis pour eux.

M : « j’ai 55 ans, je suis arrivé en France en 1987, j’ai travaillé 15 ans à Paris… J’ai déjà été enfermé ici en 2006 mais maintenant je vis en Espagne, je suis marin-pêcheur. Ils m’ont arrêté quand je suis passé à Toulouse, ils m’ont mis 5 mois en prison à Seysses à cause d’une interdiction de 3 ans* et après la prison je suis ici au centre depuis 24 jours. Ils peuvent pas m’expulser en Algérie » (*ITF : interdiction de territoire français)

L’objectif officiel des CRA est d’enfermer pour expulser les étranger·e·s qui n’ont pas les bons papiers mais pendant la crise sanitaire une grande partie des CRA est restée ouverte sans aucune base légale puisque les frontières sont officiellement fermées. C’est sans compter sur l’acharnement raciste de l’administration car des déportations ont bien eu lieu, un charter avec plus de 30 personnes a été organisé fin avril vers la Roumanie.

L’État a donc continué d’enfermer et ce n’est que la continuité des pratiques habituelles car l’objectif non avoué de l’enfermement dans les CRA est de punir, invisibiliser, précariser. Les CRA font partie d’un système qui maintient sans papiers les personnes alors même qu’elles travaillent. Ce système de domination fabrique depuis des décennies des travailleurs corvéables, exploités grâce à la menace permanente d’une expulsion alors qu’ils et elles représentent une force de travail pour des pans entiers de l’économie non délocalisable.

La politique d’expulsion est de plus en plus répressive. Entre 2015 et 2018, le nombre d’OQTF a augmenté de 30 % (de 80 000 à plus de 100 000 ) et leur taux d’exécution a chuté de 17 à 12 %. On enferme de plus en plus de personnes dont celles qui ne sont pas expulsables car on ne peut pas déporter sans répondre à un certain nombre d’obligations juridiques comme l’acceptation par le pays d’origine. Les préfectures le savent mais enferment quand même et les juges valident.

L’État n’a rien fait en faveur des étranger·e·s face au risque de transformer les CRA en clusters du Covid-19 (promiscuité, manque d’hygiène, pas de masques, etc.). Il a montré avec cette crise sanitaire qu’il ne compte pas changer sa politique raciste vis à vis des étranger·e·s quoi qu’il arrive.

Covid ou pas, les CRA tuent ! Les damnés de la terre y subissent une véritable torture, les conditions de « vie » sont dégradantes et les humiliations, insultes et violences policières font partie du fonctionnement de ces prisons.

Les visites sont à nouveau possible, les prisonnier·e·s ont besoin de notre solidarité, on peut y aller ou appeler.


Situation au CRA de Toulouse le 4 mai : des expulsions vers la Roumanie, les frontières restent ouvertes pour déporter !

8 personnes sont enfermées au CRA de Cornebarrieu Toulouse. 2 ressortissants roumains ont été expulsés la semaine dernière dont la personne qui avait tenté de se pendre. Un charter est parti de Paris vers la Roumanie le 29 avril avec plus d’une trentaine de prisonniers notamment du Mesnil-Amelot et de Lille. Aussi, le 24 avril, 4 personnes ont été expulsées vers l’Albanie. Les frontières restent ouvertes pour les déportations, l’acharnement contre les étranger.e.s est prioritaire pour l’État français.

A Lille 4 prisonniers ont été tabassés et transférés à Metz suite à leur révolte contre les conditions de vie et pour leur libération. Leurs témoignages sont à lire sur le site  d’À BAS LES CRA :

“On va faire un tour de France gratuit des CRA, tant que ça ne s’améliorera pas ! » : révoltes au CRA de Lille et transferts au CRA de Metz

Au CRA de Toulouse : « Si tu veux pas partir, ils mettent un casque sur la tête et du scotch sur tout le corps et tout le monde te voit. »

09 février 2020

D. a grandi dans un orphelinat à Alep, il a quitté la Syrie à l’âge de 13 ans et a vécu et travaillé dans différents pays, notamment l’Égypte. Pour atteindre l’Europe il est passé par la Libye puis le Maroc, l’Espagne et enfin la France. Il a vécu à Toulouse, Nice et Marseille. Il travaillait sur des marchés à Toulouse. Il s’est fait arrêter à Bellefontaine. Il a été enfermé au CRA de Toulouse après sa levée d’écrou. Il a passé 4 mois à Seysses. Il évoque les violences de matons à l’intérieur de la prison.

« Oui, ici au CRA, il y a des violences, j’ai entendu des gens qui crient, les policiers ils nous insultent tous les jours, ils boivent de l’alcool, on voit leur table avec les bouteilles et ils mettent de la musique, ils prennent de la coke, je reconnais quand quelqu’un prend de la coke, ça se voit.

Oui, il y a des gens au mitard en ce moment mais je sais pas qui c’est.

On mange rien, c’est dégueulasse, c’est froid, il y a des plats périmés. Il y a 6 personnes au secteur D qui veulent pas manger, ils prennent un café le matin, c’est tout, ils mangent rien.

Je prends pas de médicaments pour dormir, ici, ils en donnent beaucoup mais après quand tu sors comment tu fais si tu n’as pas ces médicaments…

À côté du bureau de la Cimade, il y a une feuille pour les expulsions mais on on ne sait pas quand on est expulsé, ils préviennent pas, on peut pas prendre nos affaires… Si tu veux pas partir, ils mettent un casque sur la tête et du scotch sur tout le corps et tout le monde te voit. »